Numéro 45: Faut-il réhabiliter la magie ?

FAUT-IL RÉHABILITER LA MAGIE ?

 1er décembre 2017

En 1955, André Breton sondait les anthropologues de son temps, penchés sur des peuples qui, contrairement à nous, n’avaient pas de mal à imaginer l’unité profonde de l’esprit et de la matière : « La magie, en tant qu’elle cherche, même empiriquement, à concilier et à conjuguer les puissances de la nature et celles du désir, court-elle par là chance d’être réhabilitée, du moins dans son principe ? Tiendrez-vous une telle réhabilitation pour périlleuse – voire désastreuse ou vous parait-elle souhaitable ? » Pourquoi ne pas la reprendre aujourd’hui, cette question un peu vieillotte et non moins irrésolue, pour la poser aussi à des écrivains, des sociologues, des scientifiques ? Certains diront qu’elle n’est que trop réhabilitée, cette fameuse « pensée magique » qui donne trop de consistance à nos rêves ; d’autres répondront que la pensée n’est, effectivement, rien de moins que magique, qu’elle coordonne en coulisse tous les aspects du visible. Il reste qu’une vision unifiée de ce qu’on appelle encore l’esprit et la matière se fait attendre, alors que la physique, depuis maintenant un siècle, met en doute la validité de ces concepts et nous force à reconsidérer notre bon vieux matérialisme. Y croyez-vous encore ?